Retour à la liste

Lettre d'actualité n° 6 - décembre 2013

Publié le 27 Décembre 2013
Par Me Aymeric LOUVET et Me Karine BIANCONE

La lettre d’information

N° 6 – 27 décembre 2013

  •   Loi HAMON relative à la consommation (mais aussi à la distribution, à l’e-commerce, à la vente, aux prestations…)

Loi « fourre-tout » qui intéresse tous les professionnels : bref aperçu synthétique des dispositions essentielles

L’assemblée nationale a publié sur son site le projet de Loi adopté en 2ème lecture le 16 décembre 2013 et transmis au Sénat le 18 décembre 2013.

Ce projet de loi « fourre-tout » intéresse, en dehors des questions « médiatiques » (libéralisation de la vente sur Internet des lentilles de contact et des verres correcteurs), aussi bien les relations B to C que les relations B to B, et ce faisant impacte l’ensemble des entreprises.

Ainsi à titre d’exemples, quelques points essentiels auxquels les entreprises devront être attentives :

I – En B to C : Modification des dispositions relatives à la vente à distance et action de groupe

-          Ventes par Internet : transposition de la directive n°2011/83 du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs par le projet de loi relatif à la   consommation ; modifications du délai de rétractation (14 jours) ; informations renforcées à communiquer sur un support durable ;

-          Nouvelles obligations visant à lutter contre l’obsolescence des produits : informations concernant la date jusqu’à laquelle les pièces détachées indispensables à l’utilisation du bien sont disponibles ;

-          Amélioration des conditions d'information des consommateurs sur la garantie légale de conformité prévue par le Code de la consommation et sur la garantie des défauts de la chose vendue définie dans le Code civil ;

-          Extension du délai durant lequel le défaut de conformité est présumé exister au moment de la délivrance d'un bien afin de garantir l'effectivité des droits reconnus aux consommateurs au titre de la garantie légale de conformité ;

-          Création d’une action de groupe : action qui pourra être initiée par une association de défense des consommateurs afin d’obtenir réparation des préjudices individuels subis par des consommateurs suite aux manquements d’un professionnel à ses obligations légales ou contractuelles ;

-          Création de dispositions spécifiques aux contrats conclus dans les foires et salons et aux contrats d’achat de métaux précieux ;

-          Renforcement des moyens d’action de l’administration.

II – En B to B : Modification des négociations commerciales

L’Assemblée nationale vient confirmer les dispositions suivantes adoptées en première lecture par le Sénat :

  • Maintien de la transformation des sanctions pénales relatives aux pratiques restrictives de concurrence et transparence tarifaire, en sanctions administratives et du nouveau pouvoir d’injonction conféré à l’Administration. Les conséquences de cette modification législative sont majeures puisqu’auparavant les agents ne pouvaient prononcer d’amende que dans le cadre de transactions, l’entreprise pouvant s’y refuser et se soumettre à une procédure pénale devant le tribunal correctionnel. Or, les amendes prononcées par ces tribunaux étaient sans commune mesure avec celles obtenues par l’administration dans le cadre de procédures de transactions. Une fois ce contentieux déplacé dans le champ administratif, l’administration, à l’issue d’une procédure contradictoire avec l’entreprise pourrait prononcer et obtenir paiement des amendes. L’entreprise devrait s’adresser au tribunal administratif pour contester la décision des services relevant de la DGCCRF, mais ce recours ne serait suspensif.
  • Un délai de paiement spécifique ne pouvant dépasser quarante-cinq jours à compter de la date d’émission de la facture sera applicable aux factures périodiques, c’est-à-dire celles émises suite à des livraisons fractionnées sur une période généralement mensuelle.
  • Le non-respect des délais de paiement pénalement sanctionnés (délai supplétif de trente jours, délai afférent au transport routier de marchandises) ainsi que le non-respect du nouveau délai de paiement relatif à la facture périodique, sera assorti d’une amende administrative plafonnée à 75 000 € pour la personne physique ou son délégataire et 375 000 € pour la personne morale.
  • Maintien du dispositif concernant l’achat de fruits et légumes (article L441 - 2 - 2 du Code de commerce), permettant aux acheteurs, distributeurs, prestataires de services, de bénéficier de réfaction tarifaire résultant d’une non-conformité, qualitative et quantitative, du ou des produits livrés à la commande, à la condition qu’un accord conclu par une organisation interprofessionnelle reconnue dans les conditions prévues à l’article L 632 - 1 du Code rural et de la Pêche maritime en ait précisé les conditions. Le non-respect de ces dispositions serait sanctionné par une peine d’amendes administratives pouvant atteindre 75.000 € pour la personne morale et 15.000 € pour la personne physique représentant l’entreprise ou son délégataire, en cas de délégation de pouvoir en matière économique.
  • Maintien des modifications concernant le transport des fruits et légumes frais destinés à la vente ou à la revente à un professionnel établi en France (article L 441 - 3 - 1 du Code de commerce modifié), l’acheteur devant être en mesure de transmettre aux services de contrôle, dans un délai de quarante-huit heures, les documents certifiant qu’il a bien commandé les produits concernés et précisant le ou les prix convenus avec son fournisseur pour l’achat de ces produits. Mêmes sanctions que celles visées ci-dessus.
  • Le fournisseur devra communiquer ses conditions générales de vente au distributeur au plus tard trois mois avant la date butoir du 1er mars ou, pour les produits ou services soumis à un cycle de commercialisation particulier, deux mois avant le point de départ de la période de commercialisation.
  • La date d’entrée en vigueur des nouvelles réductions de prix ou services négociés dans le cadre de la convention unique ne pourra être ni antérieure ni postérieure à la date d’effet du prix convenu.

L’assemblée nationale vient amender/compléter les dispositions suivantes, adoptées en première lecture par le Sénat :

  •  Renforcement du poids des CGV comme point de départ de la négociation : elles seraient le socle « unique » de la négociation commerciale ;
  • Convention récapitulative de la négociation commerciale (L441 - 7 du Code de commerce) : référence faite au « rappel », dans la convention, de la communication du barème de prix du fournisseur ;
  • ­  les nouveaux instruments promotionnels (i.e. réduction de prix ou avantages accordés au consommateur au nom et pour compte du fournisseur) que « le fournisseur s’engage à accorder aux consommateurs, en cours d’année », devraient être formalisés dans le cadre de mandats conclus en exécution de la convention (soit en cours d’année) en précisant : « le montant des avantages promotionnels accordés, la période d’octroi et les modalités de mise en œuvre de ces avantages ainsi que les modalités de reddition de comptes par le distributeur au fournisseur » ;
  • ­ référence faite à l’absence de déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties dans les modalités de fixation du prix, ainsi que l’absence de disproportion manifeste des rémunérations prévues ;
  • ­ nouveau dispositif venant encadrer la gestion des différends entre fournisseur et distributeur concernant l’exécution de la convention unique, précisant que le distributeur doit : « [répondre] de manière circonstanciée à toute demande écrite précise du fournisseur portant sur l’exécution de la convention, dans un délai qui ne peut dépasser deux mois. Si la réponse fait apparaître une mauvaise application de la convention ou si le distributeur s’abstient de toute réponse, le fournisseur peut le signaler à l’autorité administrative chargée de la concurrence et de la consommation. »
  • Insertion dans le cadre de l’exécution des clauses de renégociation du prix des matières premières agricoles et alimentaires (nouvel article L 441 - 8 du Code de commerce), et des produits issus de leur première transformation en cas de fluctuation des prix des matières premières agricoles et de la référence faite à la renégociation du prix « dans le respect du secret en matière industrielle et commerciale » et « tenant compte notamment de l’impact de ces fluctuations sur l’ensemble de des acteurs de la chaîne d’approvisionnement ».

           Rappelons que deux décrets sont attendus, le premier définissant la liste des produits concernés par la renégociation en cours d’année du prix convenu                 et le second le contenu du compte rendu de renégociation entre les parties.

  • Suppression pure et simple de l’article L441 - 9 qui devait prévoir le formalisme de tous les contrats de vente intervenant dans une même branche d’activité, dès lors que l’objet de la vente ne portait pas sur un produit destiné à être revendu en l’état mais manufactur
  • Instauration d’une nouvelle possibilité de déroger, sous conditions, au plafond maximal des délais conventionnels lors de l’achat (effectué en franchise de TVA, art. 275 CGI) de biens destinés à faire l’objet d’une livraison en l’état hors de l’Union européenne ;
  • Modification du texte relatif à la création d’une nouvelle pratique restrictive sanctionnée consistant à «  passer,  […] régler ou […] facturer une commande de produits ou de prestations de services à un prix différent du prix convenu résultant de l’application du barème des prix unitaires mentionné dans les conditions générales de vente, lorsque celles-ci ont été acceptées sans négociation par l’acheteur, ou du prix convenu à l’issue de la négociation commerciale faisant l’objet de la convention prévue à l’article L. 441-7, modifiée le cas échéant par avenant, ou de la renégociation prévue à l’article L. 441-8 ». L’Assemblée rajoute le cas de règlement, facture ou commande de produits ou services non conformes au barème du fournisseur, lorsqu’aucune négociation formalisée n’a eu lieu. Si cette rédaction est adoptée in fine, il en résultera une plus grande rigidité des prix lorsqu’aucune convention n’aura été signée avant le 1ier mars.

Les dispositions relatives à la formalisation du plan d’affaire annuel (L 441-7 du Code de commerce), à la renégociation des contrats portant sur les produits agricoles et les produits issus de leur première transformation (L 441-8), et l’interdiction de passer de régler ou de facturer une commande de produits ou de services à un prix différent du prix convenu (L442 - 6 - I - 12 du Code de commerce), serait applicable aux contrats conclus à compter du premier jour du quatrième mois suivant la promulgation de la présente loi.

Il en résulte que les dispositions afférentes à la convention unique ne seront applicables qu’à compter des négociations 2015, puisque la convention unique doit être obligatoirement conclue avant le 1er mars.

Les autres dispositions sus-évoquées seront applicables immédiatement sous réserve d’éventuels décrets nécessaires à leur entrée en vigueur et application.

A noter que, sur son site Internet, le Sénat annonce le calendrier suivant : vote en 2ème lecture à compter du 27 janvier 2013 et jusqu’au 29 janvier 2013. La loi pourrait donc être promulguée courant février 2014, soit quelques jours avant la date butoir pour contractualiser les négociations commerciales 2014.


Négociations commerciales

 

Clauses de retour d'invendu et clauses relatives aux changements de tarif dans les contrats types de la grande distribution : attention au déséquilibre significatif !

CA Paris, 4 juillet 2013, n°12-07651

La cour d'appel de Paris a enfin rendu le 4 juillet 2013, le premier arrêt suite aux « assignations Novelli » fin 2009 sur le déséquilibre significatif, contre neuf enseignes de la grande distribution.

Cet arrêt nous éclaire sur la validité de deux types de clauses présentes dans des contrats types d'un grand distributeur : les clauses de retour d'invendus, et les clauses relatives aux changements de tarifs.

La clause de retour d'invendus prévu dans ces contrats énonçait que « Le Fournisseur s'engage expressément à reprendre, dans son intégralité, le stock des produits invendus en fin d'exercice et/ou de période de commercialisation saisonnière. Un état des produits retournés au Fournisseur spécifiant les références et la quantité desdits produits sera joint à l'envoi. En outre, les Membres du Groupe Casino établiront une demande d'avoir ».

Selon la Cour, cette clause de retour d'invendu va mettre à la charge des fournisseurs une obligation, sans qu'aucune contrepartie ne leur soit accordée. Elle instaure donc, selon la cour, un déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties.

Il résulte des clauses relatives aux changements de tarifs présentes dans ces contrats que lors de leur exécution, si un fournisseur souhaite augmenter ses prix, en raison de l'augmentation de ses coûts, il doit le négocier dans de strictes conditions imposées par le distributeur, qui se réservait en plus, le droit de refuser l'augmentation, et même de revoir les conditions de référencement des produits.

En outre, en vertu de ces clauses relatives aux changements de tarifs, le fournisseur s’oblige, sans aucune discussion préalable, à baisser ses tarifs lorsqu'un ou plusieurs éléments relatifs à leur formation avait connu une baisse.

En définitive, ce type de clause donne au distributeur la maîtrise de la décision finale, et il en résulte, selon la Cour, un déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties.

Dans cette affaire le distributeur a été condamné à une amende civile de 600.000 euros dans la mesure où il avait remédié, dès l'année suivant l'assignation, aux préoccupations de l'administration.

Cette décision vient souligner l'impérieuse nécessité d'être vigilent lors de la rédaction et de la négociation de la convention récapitulative de la négociation commerciale

 

 Distribution des produits de santé et concurrence

 

Avis n° 13-A-24 de l’Autorité de la concurrence sur le fonctionnement de la concurrence dans le secteur de la distribution du médicament à usage humain en ville

http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a24.pdf

 

Suite à l’enquête sectorielle lancée en février 2013, l’Autorité de la concurrence rend un avis de 168 pages mettant en avant, en synthèse, les points suivants :

  • le développement des génériques, entraînant une économie de coûts pour l’assurance maladie permet, dans un contexte budgétaire difficile, de « dégager des ressources pour financer à leur juste valeur des médicaments réellement innovants ». L’Autorité rappelle sa pratique décisionnelle visant à sanctionner les pratiques de dénigrement des génériques par les laboratoires princeps. Elle propose, sur la base d’un bilan de la pratique décisionnelle des autorités européennes et américaines, des orientations qui « constituent autant de lignes directrices pour les entreprises du secteur pharmaceutique dans l’exercice de leur activité commerciale » ;
  • elle invite les laboratoires pharmaceutiques à conclure, dans certaines conditions (respect du règlement d’exemption de la Commission Européenne), des accords de coopération en matière de recherche et développement pour développer l’innovation ;
  • l’octroi d’importantes remises « déguisées » sur certains médicaments génériques serait révélateur de leur prix trop élevé. L’Autorité souligne que de la loi de financement pour la sécurité sociale 2014 a revu le système des remises octroyées sur ces médicaments et imposé une obligation de déclaration au C.E.P.S. Elle indique qu’il conviendra toutefois d’évaluer leur impact concret à moyen terme.
  • Face au constat de prix trop élevés concernant les médicaments non remboursables et certains génériques, l’Autorité se déclare favorable au

           -        renforcement de la puissance d’achat des intermédiaires (grossistes – répartiteurs, structures de regroupement à l’achat des officines (CAP et SRA) ;

           -        aux importations parallèles de médicaments dans le respect de la sécurité d’approvisionnement des Etats membres ;

           -        développement de la vente de médicaments d’automédication et de produits « frontière » tels les tests de grossesse et les produits d’entretien                                  pour lentilles de contact, en parapharmacie ou en grandes surfaces ;

           -        développement de la vente en ligne de médicaments d’automédication par les pharmaciens ;

           -        développement des formes légales de regroupement à l’achat des pharmaciens.

Nous invitons les différents acteurs de la chaîne de distribution des médicaments sur le marché officinal à consulter cet avis très riche d’informations sur la politique de concurrence qui sera développé par l’Autorité dans l’anticipation de leurs stratégies commerciales.


Sanction à hauteur de 15,3 millions d'euros du laboratoire Schering-Plough pour pratiques d’entrave au développement du générique concurrent de son princeps le Subutex®.

Autorité de la concurrence, décision n° 13 – D – 21 du 18 décembre 2013

Le Subutex® (molécule de buprénorphine) est un médicament prescrit dans le cadre du traitement de la toxicomanie. Schering-Plough a acquis en 1997 auprès de Reckitt Benckiser (fabricant du Subutex®) les droits de commercialisation exclusifs en France de Subutex®. En contrepartie, Schering-Plough versait à Reckitt Benckiser une redevance (un pourcentage du chiffre d'affaires réalisé). En mars 2006, la société Arrow a lancé son équivalent générique. C'est à la suite du lancement de son générique et des difficultés que le laboratoire rencontrait pour pénétrer le marché qu'Arrow a saisi l'Autorité de la concurrence, estimant que Schering-Plough abusait de sa position dominante pour l'évincer du marché.

L’Autorité de la concurrence constate les pratiques de dénigrement du générique mises en place par Schering-Plough en identifiant une « campagne de communication globale et structurée » auprès des visiteurs médicaux destinée à diffuser un message alarmiste sur les risques encourus à prescrire ou délivrer le générique auprès des médecins et des pharmaciens alors que Schering-Plough n’aurait disposé d’aucune étude médicale spécifique en soutien de cette argumentation.

Parallèlement, Schering-Plough avait mis en place vis-à-vis des pharmaciens une politique tarifaire incitative et non justifiée par des contreparties objectives, leur octroyant des remises, des délais de paiement allongés et des escomptes en vue de les inciter à constituer massivement des stocks de princeps et ainsi saturer leurs linéaires.

Il en est résulté un taux de substitution du Subutex par son générique très faible et un dommage significatif pour l’assurance maladie. Schering-Plough s’est engagé dans une procédure de transaction auprès de l’Autorité, renonçant à contester les griefs et s’engageant à effectuer un contrôle de la stratégie commerciale envisagée avant l’arrivée de génériques et à mener des actions de formation des commerciaux sur l’interdiction du dénigrement, bénéficiant en contrepartie d’une réfaction de la sanction.

L'Autorité a également sanctionné une entente entre Schering-Plough et son fournisseur Reckitt Benckiser visant à mettre en place cette stratégie d'éviction.

 

Agence commerciale


Commissions pour des affaires post contractuelles : oui ; indemnité de fin de contrat : non

Cour d'appel Lyon 17 Octobre 2013 N° 12/03100

L’agent commercial doit non seulement percevoir les commissions pour des affaires qu’il a initiées pendant la durée de son contrat mais aussi lorsque « l'opération est principalement due à son activité au cours du contrat d'agence et a été conclue dans un délai raisonnable à compter de la cessation du contrat, soit lorsque, dans les conditions prévues à l'article L. 134-6, l'ordre du tiers a été reçu par le mandant ou par l'agent commercial avant la cessation du contrat d'agence » (article L 134-7 du Code de Commerce). C’est ce que rappelle la Cour d’Appel de Lyon qui, saisie de demandes de paiement de commissions, précise qu’un délai de trois mois postérieur à la fin du contrat d’agent est un « délai  raisonnable » qui permet à l’agent de percevoir des commissions. A l’inverse, l’indemnité de fin de contrat (article L134-12 du Code de Commerce) n’est pas accordée à l’agent, le mandant ayant réussi à démontrer une faute grave de celui-ci (seul cas, avec la force majeure, qui permet d’exclure le droit à indemnité lorsque le mandant prend l’initiative de la rupture). Pour rejeter cette demande, la Cour a pris en compte les témoignages fournis par le mandant qui démontraient que cet agent avait proposé aux prospects des produits commercialisés par d'autres sociétés concurrentes et avait même essayé de convaincre un autre agent commercial de s'associer avec lui pour créer une activité concurrente.

→ Cette décision doit inciter les mandants à bien définir au sein des contrats le type de rémunération accordée à l’agent, la base de calcul de ces dernières ainsi que les conditions dans lesquelles des commissions seront versées pour des affaires conclues après la cessation du contrat grâce au travail effectué par l’agent avant son départ (et ce même si la notion de « délai raisonnable » est appréciée au cas par cas par les tribunaux). Il en va de même de la définition précise des produits, des clients et secteurs confiés à l’agent en référence notamment au périmètre de l’obligation de non-concurrence que ce dernier devra respecter. Ces notions sont en effet trop souvent peu claires et mal rédigées.


Fixation de l’indemnité de fin de contrat : prise en compte des commissions proportionnelles et des rémunérations fixes

Cour de cassation Chambre commerciale 8 Octobre 2013 N° 12-26.544, 924

A l’occasion d’un contentieux relatif à l’indemnité de cessation de contrat due à l’agent, le débat s’est porté sur la base de calcul permettant de déterminer le montant de cette indemnité. Pour l’agent, les commissions proportionnelles ainsi que les rémunérations fixes versées par son mandant devaient être retenues. De son côté, le mandant soutenait au contraire que seules les commissions proportionnelles aux ventes permettaient de fixer l’indemnité. C’est cette dernière solution que retient la Cour d’Appel de Paris qui fixe l’indemnité sur la base des commissions perçues par l'agent pendant les deux dernières années d'exécution du contrat. La Cour de Cassation, de façon très classique, casse cette décision et rappelle que « l'indemnité de cessation de contrat due à l'agent commercial a pour objet de réparer  le préjudice subi qui comprend la perte de toutes les rémunérations acquises lors de l'activité développée dans l'intérêt commun des parties sans qu'il y ait lieu de distinguer selon leur nature, et que la rémunération de l'agent commercial comprenait aussi une partie fixe mensuelle qu'elle n'a pas prise en compte pour en déterminer le montant ».

→ Les mandants doivent donc être très attentifs à la négociation amont des rémunérations (fixes et/ou proportionnelles) et l’impact financier de ces dernières sur l’indemnité de fin de contrat. Ils ne doivent pas non plus omettre de s’interroger sur l’opportunité de valoriser le fichier clients qu’ils mettent à disposition des nouveaux agents qui vont prospecter un territoire sur lequel ils disposent déjà de clients réguliers. Dans cette hypothèse, la Cour de Cassation a en effet validé récemment la possibilité pour le mandant de demander à l’agent de payer une contrepartie financière à cette mise à disposition.


 E-commerce

 

Vendeur à distance : responsabilité du fait des transporteurs

 Cour d’appel de Paris 12 sept. 2013 n° 11/10899

Un consommateur commande sur le site Internet d’IKEA un canapé à monter soi-même. Le client précise lors de la commande que le canapé devra être livré « à l'étage du bâtiment accessible par un escalier extérieur en pierre de type Morbihannais ».  La première tentative de livraison ayant échoué (maison en construction ; escalier ne peut être emprunté ; un matériel de levage est nécessaire),  le consommateur propose de prendre à sa charge les frais liés à la mise en place d'un « chariot élévateur », et ce conformément aux CGV du site e-commerce d’IKEA. Suite à une deuxième tentative avortée (le deuxième transporteur refuse de livrer), la livraison est effectuée avec un retard de plusieurs mois. Le consommateur assigne IKEA en responsabilité pour être dédommagé des pénalités facturées par le constructeur au titre de  « l'immobilisation du matériel et des ouvriers suite à un arrêt du chantier imposé pour le passage de votre canapé ». La Cour d’Appel de Paris retient tout d’abord la responsabilité d’IKEA. Pour ce faire, elle rappelle les dispositions de l’article L 121-20 -3 du code de la consommation qui limitent les cas d’exonération de responsabilité du vendeur à distance : le vendeur à distance ne peut s'exonérer de sa responsabilité qu'en apportant la preuve que l'inexécution ou la mauvaise exécution du contrat est imputable, soit au consommateur, soit au fait imprévisible et insurmontable d'un tiers au contrat, soit à un cas de force majeure. Or, pour la Cour le fait qu’IKEA ait été informé des contraintes de livraison imposant l'aide d' un engin élévateur plusieurs mois avant la livraison effective (dès la première livraison) entraîne sa responsabilité de plein droit puisque « le transporteur, prestataire de service auquel elle a recours pour l'exécution des obligations résultant du contrat de vente conclu à distance n'est pas un tiers au contrat au sens de l'article L120-20-3 du Code de la consommation ». Les conséquences financières pour IKEA doivent toutefois être relativisées dès lors que les demandes du consommateur sont rejetées « en l'absence de lien de causalité établi entre la mauvaise exécution du contrat de vente à distance par la société Meubles IKEA France et les préjudices invoqués à l'appui de sa demande de dommages-intérêts ».

 

→ Les entreprises qui vendent leurs produits à distance doivent donc prévoir précisément au sein de leurs conditions générales de vente nombre d’informations relatives notamment a) au transport : spécificités des modes de transport selon le poids, la largeur et la taille des produits ; b) le lieu de livraison : contraintes physiques, techniques sur le lieu de livraison mais aussi dans sa périphérie (rues ; chemins, etc…) ; les frais afférents au transports et les surcoûts générés notamment par une information non communiquée par le client.

 

 Propriété intellectuelle

 

Vente-privee.com : marque nulle en novembre, marque notoire en décembre.

La concurrence que se livrent les sociétés de déstockage sur Internet (venteprivee.com et showroomprivee.com notamment) n’est pas limitée aux campagnes promotionnelles et publicitaires. Elle se déplace en effet sur le terrain judiciaire. La société challenger a ainsi sollicité du Tribunal de Grande Instance de Paris la nullité de la marque vente-privee.com considérant qu’elle était générique depuis son dépôt en 2009. Au soutien de son argumentation, elle produisait des cartons d’invitation, des extraits de site Internet, des fiches whois, des recherches Google ainsi que des articles de presse démontrant que cette expression appartient au langage courant. Le Tribunal, sur la base de ces documents, retient qu’effectivement au jour de son dépôt cette expression était descriptive. Toutefois, restait à déterminer si cette marque avait acquis un caractère distinctif par son usage (art. L 711-2 du Code de la Propriété Intellectuelle). En date du 28 novembre 2013, la 3ème chambre du tribunal de Grande instance de Paris annule la marque vente-privee.com considérant que : « S’il n‘est pas contesté que la société Vente-privee.com exerce une activité de façon importante à travers son site Internet qui est son seul accès au public et donc à travers le signe venteprivee.com, il n’en demeure pas moins qu’elle ne démontre pas que la partie nominale de la marque a acquis à titre de marque c’est-à-dire d’identification d’origine du service, une distinctivité telle qu’elle lui permet de s’approprier des termes génériques qui doivent rester disponibles pour tous les acteurs de la vie économique agissant dans ce secteur ». Pour la 3ème Chambre, la marque vente-privee.com est donc nulle car le monopole sur ce terme générique entraînerait « une distorsion dans les règles de libre concurrence et … (génèrerait) un contentieux inutile ». Une semaine plus tard,la 1ère chambre du même Tribunal semble prendre une direction radicalement opposée. Vente-privee.com était cette fois à l’initiative du contentieux et souhaitait faire cesser et transférer des noms de domaine similaires au sien détenus par un tiers. Pour faire droit à cette demande, et prenant en compte les documents et attestations démontrant une augmentation substantielle du chiffre d’affaires, des dépenses promotionnelles et marketing sur Internet conséquentes, des articles de presse spécialisés confirmant cette réussite ainsi que des sondages la plaçant comme quatrième marque de distribution en France, les magistrats reconnaissent tout d’abord la notoriété de la dénomination sociale, de l’enseigne, des noms de domaine et des marques vente-privee.com. Ce faisant, sur le fondement de l’article L713-5 du code de la propriété intellectuelle (et non sur le terrain de la contrefaçon), la 1ère chambre du tribunal de Grande instance fait droit aux demandes de vente-privee.com et condamne sur le terrain de la responsabilité civile le titulaire des noms de domaine.

→ Ces décisions, sources d’insécurité juridique, doivent inciter les entreprises (et notamment celles qui commercialisent des produits sur Internet) à apprécier dès l’origine l’intérêt d’adopter une dénomination et un nom de domaine génériques dont il sera difficile d’obtenir la protection au titre des marques mais qui pourraient permettre de se positionner sur un terme utilisé comme mot clef par les clients potentiels ou l’opportunité de travailler sur une dénomination réellement distinctive (originale), qui aura généralement pour inconvénient de ne pas renvoyer automatiquement à l’activité ou aux produits, mais qui sera susceptible d’être protégée, de conférer un véritable monopole et donc un avantage concurrentiel.

 

Karine BIANCONE & Aymeric LOUVET

Avocats associés

contact@klybavocats.fr

www.klybavocats.fr

KLYB AVOCATS

1401 avenue du Mondial 98

Immeuble Oxygène B

34 000 MONTPELLIER

Tél.  : 04 67 20 70 70

Port :  06 13 16 24 26 / 06 85 11 56 73

 

Autres actualités

Juillet 2018

5 Juillet 2018
Secret des affaires - transposition en marche de la...
Secret des affaires - Proposition de loi du 19 février 2018 adoptée le 21 juin 2018 - Saisine du conseil constitutionnel
3 Juillet 2018
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Réseau de distribution ; Promotion des ventes : marques opposition et contrefaçon, concurrence déloyale, publicité ; Formation et exécution des contrats : conformité et responsabilité produits ; secret des affaires; états généraux de...

Février 2018

10 Février 2018
« Stratégie de propriété industrielle : sécurisez...
« Stratégie de propriété industrielle : sécurisez et valorisez juridiquement vos créations et innovations » A.LOUVET, Vanessa RIBERTY (INPI), Stéphane TALIANA (ARIST) 10 avril 2018 à Béziers - VINSEO
9 Février 2018
Intervention d'Aymeric Louvet au Master 2 « DROIT...
Optimisation des achats : vin en vrac (agréage, nom du Domaine); prestations intellectuelles (étiquettes, site internet); 2.Optimisation des ventes : agent commercial; négociations et conditions générales; distribution exclusive et sélective
1er Février 2018
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Réseau de distribution ; Promotion des ventes : marques opposition et contrefaçon, concurrence déloyale, publicité ; Formation et exécution des contrats : conformité et responsabilité produits ; les états généraux de l'alimentation

Janvier 2018

30 Janvier 2018
Intervention d'A. Louvet "Droits d'auteur / logiciels...
Protection par les droits d'auteur des logiciels et bases de données ; droit sui generis des BDD; contractualisation; contentieux de contrefaçon et de concurrence déloyale
30 Janvier 2018
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Promotion des ventes : marques viticoles; droits d'auteur; publicité pour les alcools - Conformité et responsabilité produits : garanties commerciales; délais de livraison; IGP Mousseux; Etats généraux de l'alimentation
29 Janvier 2018
Intervention d'A. Louvet : "Plaidoirie et droit de la...
"Plaidoirie et droit de la concurrence"

Octobre 2017

31 Octobre 2017
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Réseau de distribution : Agence commerciale, rupture brutale des relations commerciales établies ; Marques ; Formation et exécution des contrats : conformité et responsabilité produits ; Les états généraux de l'alimentation

Août 2017

10 Août 2017
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Réseau de distribution ; Promotion ; Formation et exécution des contrats : conformité et responsabilité produits ; Accords Interprofessionnels

Juin 2017

30 Juin 2017
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Formation et exécution des contrats:conformité, responsabilité produits. Pratiques tarifaires et formalisation de la relation commerciale. Réseaux de distribution:agents commerciaux,rupture brutale. Marques : opposition,nullité,action...
1er Juin 2017
Intervention 1er juin Karine Biancone "Concurrence,...
"Concurrence, concurrence déloyale et propriété intellectuelle"

Mai 2017

3 Mai 2017
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
Formation et exécution des contrats : conseil, conformité et responsabilité produits. Réseaux de distribution : agents commerciaux; franchise; rupture des relations commerciales et contractuelles. Marques : opposition; nullité; action en...

Avril 2017

27 Avril 2017
Sécurisation juridique des relations commerciales aval...
Le cadre de la négociation tarifaire; les conditions générales de vente; formalisation de la négociation; formalisation de la convention récapituliative; pratiques restictives de concurrence
25 Avril 2017
Sécurisation juridique des relations commerciales aval...
Définition et conditions d'application du statut; distinction avec les courtiers, VRP, mandataire d'intérêt commun; obligations de l'agent; obligations du mandant; commissions; indemnités de fin de contrat; l'agence commerciale internationale

Mars 2017

30 Mars 2017
"Droits d'auteur / logiciels et bases de données" -...
"Drois d'auteur / logiciels et bases de données" - Intervention au DJCE et DCI d'Aymeric Louvet le 10 avril 2017
30 Mars 2017
"Sécurisation contractuelle des achats"- Intervention...
Intervention dans le cadre du cycle de droit des contrats et de la distribution. Thèmes abordés : contrats de "propriété intellectuelle"; contrats de sous-traitance et d'entreprise; contrats informatiques
7 Mars 2017
Intervention Aymeric Louvet "Exercice de plaidoirie en...
Intervention Aymeric Louvet "Exercice de plaidoirie en droit de la concurrence" Magistère-DJCE 2ème année Faculté de droit de Montpellier - 10 mars 2017

Février 2017

8 Février 2017
Intervention d'Aymeric Louvet au Master 2 « DROIT...
1.Optimisation des achats : vin en vrac (agréage, nom du Domaine); prestations intellectuelles (étiquettes, site internet); 2.Optimisation des ventes : agent commercial; négociations et conditions générales; distribution exclusive et sélective

Janvier 2017

5 Janvier 2017
Conférence "Sécuriser et optimiser la vente de vos...
Conditions Générales de Vente Export; Sécurisation des contrats d'agents commerciaux Export; Identification et négociation des points clefs avec un importateur. Inscription http://www.carcassonne.cci.fr/evenement/935/PAG_URL/Lw%3D%3D/3 ou cf PDF...
2 Janvier 2017
KLYB Avocats intègre VINSEO, cluster de la filière...
VINSEO, qui regroupe et fédère des entreprises de la filière vitivinicole, entretient des relations étroites avec nombre d'institutionnels, dont Montpellier SupAgro, et a pour ambition d'accompagner et d'anticiper les mutations du secteur.

Décembre 2016

22 Décembre 2016
Comité de suivi des relations commerciales 20 /12/16 -...
Un rapport d'audit de la LME a été remis au Comité. Ont été par ailleurs abordées : les négociations en cours, les mesures adoptées au titre de la loi transparence et l’organisation d’un groupe de travail "négociations pluriannuelles"....
14 Décembre 2016
Publication de la loi "Sapin II" n° 2016-1691 du 9...
Ce texte adapte le régime et les sanctions relatifs aux négociations et aux relations commerciales entre fournisseurs et distributeurs, crée un nouveau délai de paiement et renforce la contractualisation dans le secteur agricole

Novembre 2016

14 Novembre 2016
Sécuriser les négociations commerciales avec les...
Paris, le 29 Novembre 2016. Formation organisée par EM Produits de santé et animée par Karine BIANCONE

Octobre 2016

21 Octobre 2016
Le tour de France de la franchise - Intervention...
Enjeux, avantages et contraintes de la création/reprise en franchise inscription gratuite en ligne www.entreprendreenbiterrois.fr Daniel Ballester – CIC Ouest; Fernand Léal – RSM Sofira; Aymeric Louvet – KLYB Avocats; Franck Ecalard –...

Mai 2016

30 Mai 2016
Lettre d'actualité en droit vitivinicole
ACHATS, PROMOTION ET VENTE DE VIN : APERCU DE L’ACTUALITE DU DROIT VITIVINICOLE
25 Mai 2016
Contrôles de la DGCCRF dans le secteur pharmaceutique
Note de la DGCCRF du 27 avril 2016
25 Mai 2016
Ventes en ligne de médicaments
Avis n°16-A-09 du 26 avril 2016 relatif à deux projets d’arrêtés concernant le commerce électronique de médicaments
13 Mai 2016
Alerte Klyb - Avant-projet de loi "Réforme de la...
Le 29 avril a été lancée la consultation sur l’avant-projet de loi "Réforme de la responsabilité civile". Cette consultation est ouverte jusqu'au 31 juillet 2016.

Avril 2016

21 Avril 2016
"Contrats d'exploitation de PI et droit de la...
Intervention à la Facluté de droit de Montpellier au DU Propriété Industrielle des entreprises sur le thème " Droit de la concurrence et contrats d'exploitation de la propriété intellectuelle"

Février 2016

29 Février 2016
Conférence "Salarié ou agent : quelle force...
Cette conférence, organisée par la CCI International LR à Béziers, a pour objectif de sensibiliser les entreprises désireuses de commercialiser leurs produits à l'export aux enjeux juridiques, commerciaux et financiers du choix d'un salarié...
12 Février 2016
Alerte Klyb - Publication de l'Ordonnance du 10...
Ces nouvelles dispositions essentielles entreront en vigueur le 1/10/2016. Sauf exceptions, les contrats conclus avant cette date demeureront soumis à la loi en vigueur au jour de leur conclusion
9 Février 2016
Interventions à la Faculté : "Droits d’auteur et...
« Plaidoirie en droit de la concurrence » Intervention Faculté de Droit de Montpellier, Master 1 – Magistère/DJCE 2ème année, « Droits d’auteur et logiciels/bases de données », Intervention Faculté de Droit de Montpellier, Master 2 –...
9 Février 2016
Actualité en droit de la propriété intellectuelle,...
Décisions marquantes de 2015 en matière de droit des marques, droits d'auteur, saisie-contrefaçon, droit à l'image, contrat d'intégration, sites internet.
9 Février 2016
Actualité en droit de la concurrence, distribution,...
Décisions marquantes de 2015 en matière de franchise, d'agence commerciale, de rupture brutale, de pratiques anticoncurrentielles et de concurrence déloyale

Janvier 2016

28 Janvier 2016
KLYB renforce ses équipes
Afin de toujours mieux vous assister et vous accompagner dans vos projets, notre cabinet a récemment renforcé ses équipes. Nous sommes donc heureux de vous annoncer l’arrivée d’Audrey Freeman,en tant qu’avocate collaboratrice, et d’Anna...

Septembre 2015

15 Septembre 2015
Assouplissement de la publicité en période de...
La campagne publicitaire du CIVB de 2005, présentant des acteurs de la filière viticole jeunes, souriant un verre à la main, vivement contestée par l’ANPAA, trouve son épilogue judiciaire.

Août 2015

6 Août 2015
Loi Macron pour la croissance, l'activité et...
Conformité des dispositions relatives aux relations contractuelles entre les réseaux de distribution et les commerces de détail affiliés;Non-conformité des dispositions relatives à la procédure d'injonction structurelle dans le secteur du...
6 Août 2015
Décision du 5 août 2015 du Conseil Constitutionnel :...
L’article 225 de la loi Macron, insérant nouvel article L. 3323-3-1 au sein du Code de la santé publique relatif aux dérogations à l'interdiction de la publicité, est contraire à la Constitution
3 Août 2015
Devoirs de vacances pour tout mandant souhaitant user...
La gravité de la faute de l’agent, exclusive de toute indemnité de fin de contrat (art. L 134-13-1° C. com.), est appréciée au cas par les tribunaux, peu important la qualification contractuelle retenue par les parties.
3 Août 2015
Pas d’exclusivité de fait sur le marché des...
Les obligations d’exclusivité, qu’elles soient expresses ou de fait, ne constituent pas des pratiques anticoncurrentielles par nature. Notamment les accords d’achat exclusif n’ont pas pour objet même de restreindre la concurrence.

Juillet 2015

10 Juillet 2015
Alerte KLYB - Adoption de la loi Macron "Croissance,...
Aucune motion de censure n'ayant été déposée dans le délai de 24h, le projet de loi est considéré comme adopté ce jour 10 juillet à 15h10. La loi sera promulguée après que les recours devant le Conseil Constitutionnel aient été purgés
6 Juillet 2015
Actualité agence commerciale - Rupture de la période...
Actualité agence commerciale - Rupture de la période d'essai d'un contrat d'agent commercial : absence d'indemnité- Chambre Commerciale de la Cour de Cassation du 23 juin 2015 La Cour de Cassation considère que la clause de période d'essai est...

Juin 2015

15 Juin 2015
Rupture du contrat d’agent commercial : initiative,...
La question de l’initiative et de l’imputabilité de la rupture du contrat d’agent commercial nourrit le contentieux et enrichit la pratique contractuelle. Un nouvel exemple nous est donné par l’arrêt en référence.
2 Juin 2015
Intervention le 4 juin 2015 d'Aymeric Louvet au...
Intervention le 4 juin 2015 d'Aymeric Louvet au certificat de spécialisation DJCE propriété intellectuelle, Facluté de droit de Montpellier, « Concurrence, concurrence déloyale et propriété intellectuelle" : confrontation des droits,...

Mai 2015

15 Mai 2015
Vote par le Sénat de la loi Macron
Les sénateurs ont engagé le 7 avril dernier des discussions sur le projet de loi et ont voté, le 12 mai dernier, la petite loi.
15 Mai 2015
Réfactions tarifaires pour non-conformité des fruits...
Décision de la DGCCRF de ne pas étendre l'accord INTERFEL aux non-signataires : afin d'éviter que des clients non membres des organisations signataires rejettent l’ensemble des marchandises non-conformes et pénalisent ainsi les producteurs
15 Mai 2015
Opérations de visite et saisies de documents couverts...
La France condamnée pour faits d’entente illicite commis à l’occasion de la passation de marchés publics concernant la rénovation d’hôpitaux (saisies de documents, fichiers informatiques et messageries électroniques)

Avril 2015

15 Avril 2015
Pratiques (anticoncurrentielles) de recommandations...
Toutes les pratiques concertées au sein d’une interprofession ne sauraient être validées notamment en termes de quantités de vin à écouler ou de prix minimum de vente.
15 Avril 2015
Le cartel des produits laitiers frais sous MDD face à...
Pratiques d’entente des grands industriels fournisseurs de la grande distribution : sanctions pour entente sur les prix et les volumes

Mars 2015

19 Mars 2015
Maîtriser le nouveau cadre de vos négociations...
Formation animée par Me Karine BIANCONE, Paris, 23 et 24 juin 2015. Organisation L'ENTREPRISE MEDICALE, www.entreprise-medicale.fr
18 Mars 2015
Conditions Générales de Vente à l’export -...
La spécificité des relations commerciales export nécessite de disposer de conditions Générales de vente adaptées et opposables aux partenaires. Cette conférence a pour objectif de sensibiliser aux enjeux juridiques et financiers y afférent.
16 Mars 2015
Violation d’un accord de coexistence de marques ?...
Actes de contrefaçon et de concurrence déloyale suite au non-respect d’un accord de coexistence de marque
16 Mars 2015
Agent commercial : être ou ne pas être soumis au...
Principe de l'estoppel : argument de procédure issu de l’arbitrage qui repose sur le principe de la loyauté des débats judiciaire et peut se définir ainsi «nul ne peut se contredire au détriment d'autrui ».
12 Mars 2015
Droit de la concurrence et contrats d'exploitation de...
Intervention à la Facluté de droit de Montpellier au DU Propriété Industrielle sur le thème " Droit de la concurrence et contrats d'exploitation de la propriété intellectuelle" - jeudi 19 mars 2015
5 Mars 2015
Laboratoires et grossistes : déclaration obligatoire...
Le décret n° 2015-234 du 27 février 2015 vient préciser les modalités de la déclaration des chiffre d'affaires, réductions de prix et autre avantage financier imposée par le nouvel article L 138-9-1 du Code de la sécurité sociale
1er Mars 2015
" Logiciels et droits d'auteur" - Intervention au DU...
Intervention à la Facluté de droit de Montpellier au DU Propriété Industrielle sur le thème " Logiciels et droits d'auteur" - jeudi 5 mars 2015 (17h-20h)

Février 2015

16 Février 2015
Réitération des pratiques anticoncurrentielles au...
Rejet des pourvois formés contre l'arrêt CA Paris du 04/07/13 concernant les pratiques mises en œuvre par Orange Caraïbe et France Télécom sur différents marchés de services de communications électroniques en Martinique, Guadeloupe et...
16 Février 2015
Contrat d’agent commercial : initiative bilatérale...
Indemnité légale en cas de rupture par consentement mutuel et en cas de rupture pour faute du mandant

Janvier 2015

15 Janvier 2015
L’Autorité procède à un « nettoyage » des...
L’Autorité de la concurrence sanctionne 13 entreprises à un montant global de 951 millions d’Euros pour leur participation à une ou à deux ententes dans les secteurs respectifs des produits d’entretien et d’hygiène corporelle.
15 Janvier 2015
Agence commerciale : questions d’indemnisation de...
Indemnisation en fin de contrat d'agence commerciale : réparation du préjudice d'image et de notoriété du mandant du fait de fautes graves de l'agent ; demandes d'indemnisation de l'agent pour refus de successeur par le mandant
6 Janvier 2015
"Drois d'auteur / logiciels et bases de données" -...
Intervention à la Facluté de droit de Montpellier aux Master 2 DJCE et DCI sur le thème "Drois d'auteur / logiciels et bases de données" - lundi 2 février (9h12h/14-17h)

Décembre 2014

15 Décembre 2014
Inopposabilité aux tiers de la marque du franchiseur :...
La licence de droits de propriété intellectuelle, dont la marque ou les « signes distinctifs », constitue un élément essentiel du contrat de franchise.
15 Décembre 2014
Le sort des stocks lors de la rupture d’un contrat...
La reprise des stocks en fin de contrat n’est pas automatique dans les contrats de distribution en l'absence de clause car elle constituerait «un avantage que les parties n’avaient pas prévu au contrat»
11 Décembre 2014
Publication le 11 décembre du Décret n° 2014-1482...
Ce Décret précise les obligations d’information concernant les pièces détachées dans les relations B to B et B to C; obligations qui s'appliquent aux biens commercialisés pour la 1ère fois à compter du 1er mars 2015.

Novembre 2014

15 Novembre 2014
Vente dans des clubs du 3ème âge : fautes de...
Rupture du contrat; demande d'indemnité par l'agent. Le statut est-il applicable (question du pouvoir de négociation) : oui. Les fautes de l'agent sont-elles privatives de l'indemnité : non. Solutions pour le mandant pour obtenir réparation
15 Novembre 2014
L’appartenance à un groupe n’implique pas un...
Le législateur, lors de l’adoption de la loi dite « NRE », a complété les critères d’individualisation de la sanction par celui « du groupe auquel l’entreprise appartient » afin de considérer son impact dans la gravité des pratiques
10 Novembre 2014
Interview Aymeric Louvet "Filiale ou franchise, comment...
"Filiale ou franchise, comment structurer votre réseau de distribution" - rappel des points importants abordés lors de cette conférence : réseau intégré; réseau d'indépendants (commission-affiliation, franchise, licence de marque)
4 Novembre 2014
FORMEGA (Institut de Formation des Experts Comptables)...
Objectifs de la formation : identifier les risques juridiques ; avoir connaissance des réglementations spécifiques applicables ; connaître les solutions et réflexes pratiques

Octobre 2014

23 Octobre 2014
Article de Karine BIANCONE publié dans la Revue Lamy...
Affaire Intel : le Tribunal confirme la condamnation per se des rabais d'exclusivité mis en place par une entreprise dominante Article publié dans la Revue Lamy de la concurrence, Oct-Déc 2014. Auteur, Karine BIANCONE, Avocat Associé, Cabinet...
1er Octobre 2014
Alerte KLYB - Publication du Décret du 25 septembre...
Publication du Décret n° 2014-1081 du 24 septembre 2014 relatif à l'action de groupe en matière de consommation au Journal Officiel le 26 septembre 2014

Septembre 2014

26 Septembre 2014
Alerte KLYB - Publication du Décret du 17 septembre...
Le Décret n° 2014-1061 du 17 septembre 2014 relatif aux obligations d’information précontractuelle et contractuelle des consommateurs et au droit de rétractation a été publié au Journal Officiel le 19 septembre 2014. Ce décret est entré...
15 Septembre 2014
Commissions de courtage au titre de relations...
Assignation en nullité de la convention de courtage pour absence de cause et en réparation du préjudice subi résultant de la rupture des relations commerciales.
15 Septembre 2014
Les ventes en ligne sur les sites de « marketplace »...
L’Autorité de la concurrence amenée à se prononcer, notamment, sur l’interdiction faite aux distributeurs sélectionnés de commercialiser les produits contractuels sur des sites de « marketplace » ou places de marché.
2 Septembre 2014
Conférence "Filiale ou franchise, comment structurer...
Vous souhaitez vous développer et créer un réseau de distribution performant auprès de vos clients. Franchise ? Filiale ? Autre ? CCI BEZIERS 9 septembre 2014 à 19h http://www.beziers.cci.fr/1-13621-L-Agenda.php?idactualite=1221

Août 2014

1er Août 2014
Evolution des régions et des départements : le...
Modification tacite d’un secteur géographique ainsi que de l’exclusivité contractualisés: conséquences au regard du droit à commission de l’agent.
1er Août 2014
Les rabais d’exclusivité accordés par une...
Confirmation de l’amende record de 1,06 milliard d’euros infligée par la Commission Européenne à Intel pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché mondial des processeurs x86

Juin 2014

16 Juin 2014
Ouverture de la « compétition déloyale » : Speed...
A l’affût de toute déloyauté de concurrence, Speed Rabbit, constatant que la société Domino’s Pizza ne publiait pas ses comptes, conformément aux obligations légales lui incombant, l’a assigné en concurrence déloyale
16 Juin 2014
Le cartel des endives mis hors de cause par la Cour...
Rebondissement dans l’affaire du Cartel des endives : annulation par la CA de Paris de la décision rendue par l'ADLC sur la base des particularités juridiques et économiques du secteur des fruits et légumes.

Mai 2014

27 Mai 2014
Formation 19 juin 2014 - Distribution des produits de...
Maîtriser le nouveau cadre de vos négociations commerciales avec les grossistes-répartiteurs, les groupements d'officines et les officines
26 Mai 2014
Lettre d'actualité n° 7 - mai 2014
Actualités : contrat de dsitribution, droit de la concurrence, propriété intellectuelle et technologies de l'information Par Me Aymeric LOUVET et Me Karine BIANCONE
14 Mai 2014
La Commission n’a pas à statuer sur la répartition...
La CJUE amenée à se prononcer sur les prérogatives respectives de la Commission, du Tribunal et des juridictions nationales dans le cadre de la mise en œuvre de la responsabilité solidaire pour le paiement des amendes infligées par la...
8 Mai 2014
VIN & MARQUE - 20/05/2014 CCI de Narbonne -...
choix de la marque viticole; droit des marques / spécificités du vin : règlementation relative aux IGP / AOC et aux boissons alcooliques; procédure de contractualisation dans le domaine du vin en Europe - Inscription...

Avril 2014

15 Avril 2014
Conférence Loi du 17/03/2014 relative à la...
Impact dans les relations B to B (négociations commerciales, délais de paiement); Impact dans les relations B to C (vente à distance, foires et salons, garantie conformité); Nouveaux pouvoirs de contrôle et de sanction de l'aministration
15 Avril 2014
Boissons consommées en terrasse : considérations...
Un fournisseur assigne son partenaire pour obtenir réparation du fait du non-respect des engagements : les commandes n’atteignent pas le plancher minimum d'achat annuel et l’établissement commande ses boissons aupres d'un concurrent
15 Avril 2014
Théorie de la « passing on defence » : la preuve...
Le « private enforcement » se fonde, en matière d’indemnisation du préjudice subi par les victimes de ces pratiques, sur l’art. 1382 du Code civil et requiert la démonstration d’une faute, d’un préjudice et d’un lien de causalité

Mars 2014

18 Mars 2014
Promulgation et publication de la loi relative à la...
La Loi n° 2014-344 relative à la Consommation dite "loi Hamon" a été promulguée le 17 mars 2014 et publiée au Journal Officiel le 18 mars 2014
14 Mars 2014
Taux modifié, taux accepté : les dessous de...
La rupture formelle d’un contrat d’agent commercial doit être distinguée de l’imputabilité de celle-ci. Les effets de cette distinction ne sont pas négligeables.
14 Mars 2014
Ce n’est pas parce que la mère est riche que la...
Considération du chiffre d’affaires du groupe dans la détermination de la sanction pécuniaire relative à une pratique anticoncurrentielle.

Février 2014

15 Février 2014
Alerte Klyb - Adoption de la loi relative à la...
NOUVELLES OBLIGATIONS COMMERCIALES ET CONTRACTUELLES POUR LES ENTREPRISES
14 Février 2014
Des mentions obligatoires à porter sur les factures «...
Est-il obligatoire pour un opérateur français de faire apparaître sur ses factures export les réductions de prix alors que certains droits de douane s’appliquent sur le prix global sans tenir compte de ces réductions ?
14 Février 2014
Inapplicabilité de la loi Doubin à un contrat de...
Quelle portée donner à l’exigence d’un engagement exclusif ou quasi-exclusif pour l’exercice de l’activité ? Cet engagement doit-il concerner la globalité de l’activité du distributeur ou doit-il être limité aux produits objets du...
5 Février 2014
Lettre Vitivinicole - Février 2014 par Me Aymeric...
ACHATS, PROMOTION, COMMERCIALISATION DE VIN : APERCU DE L’ACTUALITE DU DROIT VITIVINICOLE

Décembre 2013

29 Décembre 2013
Produits de santé : Formation le 27 mars 2014 - Achat...
Impact des dispositions de la "loi Hamon" sur vos relations commerciales avec les cliniques et les centrales de référencement Formation animée par Me Karine BIANCONE, Paris
28 Décembre 2013
Produits de santé : Formation 11 et 12 février 2014 -...
Respectez les règles de la concurrence pour commercialiser vos produits de santé auprès des cliniques et des hôpitaux - Formation animée par Me Karine BIANCONE, Paris
27 Décembre 2013
Lettre d'actualité n° 6 - décembre 2013
Par Me Aymeric LOUVET et Me Karine BIANCONE
11 Décembre 2013
Quelles règles applicables à la politique tarifaire...
Article publié à la revue Lamy de la Concurrence RLC 2013/37, n° 2432 Par Me Karine BIANCONE et Me Sandrine SERPENTIER-LINARES

Novembre 2013

25 Novembre 2013
"Vin & Marque" CCI Béziers 5/12/2013 - Intervention...
choix de la marque viticole; droit des marques / spécificités du vin : règlementation relative aux IGP / AOC et aux boissons alcooliques; procédure de contractualisation dans le domaine du vin en Europe

Octobre 2013

6 Octobre 2013
Lettre Vitivinicole - Septembre 2013 par Me Aymeric...
Lettre d'actualité juridique du secteur vitivinicole, par Me Aymeric LOUVET

Février 2013

2 Février 2013
Lettre d'actualités - Février 2013
Réseaux de distribution : confirmation de l’interdiction d’interdire la vente sur internet

Novembre 2012

15 Novembre 2012
Lettre d'actualité - Novembre 2012
Mention obligatoire sur les factures et au sein des CGV : indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement (Décret n° 2012 - 1115 du 2 octobre 2012)
1er Novembre 2012
Alerte - Novembre 2012
Le droit de la concurrence renforcé par de nouvelles dispositions visant l’Outre-mer

Août 2012

4 Août 2012
Lettre d'actualité - Août 2012
Le Rapport de la Commission d’examen des pratiques commerciales 2010/2011 est en ligne

Juin 2012

9 Juin 2012
Lettre d'actualité - Juin 2012
La DGCCRF publie une directive nationale d’orientations pour 2012

Mai 2012

10 Mai 2012
Lettre d'actualité - Mai 2012
Dispositions légales nouvelles en matière de conditions de règlement et de mentions obligatoires sur les documents commerciaux
© KLYB 2014Plan du site|Mentions légales|Identifiez-vous